Une rentrée un peu particulière pour Diego

Coucou, les vacances ont déjà bien commencé et je ne peux m’empêcher de penser déjà à la rentrée. Une rentrée qui sera particulière cette année. Je vous ai parlé dans un article précédent, des difficultés que l’on rencontrait avec notre petit garçon.(Si vous souhaitez le relire, vous le trouverez juste ici). Je vous parlais de ces troubles du comportement, de son rapport à l’école, et de ce à quoi ressemblait notre quotidien, parfois compliqué.

Diego et l’école, une histoire compliquée.

Diego ne supportait pas de devoir partir à l’école, son rapport à l’école était compliqué. Je me suis sentie tellement soulagée, lorsque les vacances sont arrivées. Soulagée de ne plus devoir gérer de pleurs et de cris chaque matin. Soulagée de ne plus voir mon fils partir en bus les larmes aux yeux, car il devait me quitter. C’était une vraie torture pour moi. En plus, ses difficultés scolaires, qui ne cessaient de s’accentuer, n’arrangeaient rien.

J’étais alors sûre d’une chose, je ne ferai pas revivre ça à mon fils une année de plus. Mais quelle autre solution me restait-il ? Il me fallait trouver la réponse. Au départ, j’ai pensé à l’IEF (instruction en famille), j’y ai pensé très sérieusement, je me suis renseignée pendant plusieurs semaines. Mais un point m’a fait douter, oui ça réglerait le souci de crise le matin pour partir à l’école. Mais les autres sources de crises, elles, comment les régler ? Et cette décision ne ferait pas qu’empirer son angoisse de la séparation ? Pour son avenir, il faut qu’il s’habitue à mon absence. Mais alors, comment faire ? Quelle solution me reste-t-il ? 

Puis, on m’a parlé de l’ ITEP .

Lors d’une réunion demandée par l’équipe éducative de Diego, où etait présent tous le personnel gravitant autour de notre petit homme. Nous étions là pour parler de lui, de ses difficultés scolaires, de ses difficultés à la maison, de son comportement à l’école. Et surtout, de ce que nous pourrions envisager l’année prochaine pour lui. Le but de cette réunion est de trouver la meilleure solution possible pour la poursuite de la scolarité de Diego. 

C’est lors de cette réunion, que l’on nous a proposé de monter un dossier MDPH pour une place en ITEP. On en avait déjà parlé avec l’éducatrice principalement, mais de manière informelle. Ce qui nous avait permis de commencer à nous renseigner sur le sujet. Car oui, au départ, on en avait jamais entendu parlé, on ne savait pas du tout ce que c’était et ce que ça impliquerait. Donc, dans un premier temps, j’ai fait des recherches.

Qu’est-ce que l’ITEP (Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogiques) ? Pour faire simple, c’est un établissement qui a pour mission d’accueillir des enfants, adolescents ou jeunes adultes qui présentent des difficultés psychologiques s’exprimant par des troubles du comportement qui perturbe leur socialisation et leur accès à la scolarité et à l’apprentissage. Dans le même établissement, on trouve une équipe d’éducateur, des psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, etc. . Souvent, ces établissements reçoivent les enfants en internat complet, et parfois en semi-internat.

ITEP RENTREE 2

Demander son avis à Diego, une étape essentielle :

Ensuite, on en a parlé à Diego. Car oui, il était impossible pour moi de prendre la décision de mettre mon fils en internat, sans avoir son accord préalable. J’ai expliqué à Diego que c’était un internat dans une nouvelle école, mais que c’était complètement différent de ce qu’il avait connu jusque-là. Pour commencer, il y a énormément d’activité de prévus, et ce sont les enfants eux même qui se mettent d’accord sur les activités à faire. En plus, ils peuvent participer à des activités extra-scolaires (boxe, foot, danse, judo, etc.) et le fonctionnement de l’école en elle-même est différent aussi. Pas de niveau, il s’adapte aux niveaux de chaque enfant. Dans chaque classe, on trouve un instituteur et un éducateur pour maximum 8 élèves, mais ils sont plus souvent proche de 4 que de 8. Car les journées d’écoles ne font pas forcément 8 h, c’est entièrement personnaliser. Il y a les séances de psy, d’orthophoniste, etc. Au sein même de l’établissement. Puis les classes ITEP se trouvent dans des établissements scolaires « traditionnels », ce qui permet aux enfants d’aller en classe standard pour certains cours où ils auraient moins de difficultés. Une fois tout ça bien expliqué à Diego, à ma grande surprise, il était plutôt pour. 
Ce qui m’a surprise au départ. Diego à horreur d’être séparé de moi, il n’est quasi jamais gardé en journée et encore moins la nuit. Donc, le fait qu’il accepte l’itep et l’internat nous a montré qu’il voulait aussi que ça change et qu’il souffrait également de la situation.

On se lance donc, dans ces démarches :

Une fois la décision prise, il nous a fallu compléter dans un premier temps le dossier MDPH. Normalement, on peut recevoir de l’aide pour compléter le dossier. Personnellement, la personne qui s’occupe de ces dossiers dans notre secteur m’a appelé lorsque le dossier était déjà envoyé.

Ce dossier n’est pas très compliqué en soit, il nous a fallu y joindre :

  • le compte-rendu de l’établissement scolaire dans lequel il parle de la scolarité de Diego, de ces difficultés, de ce qu’ils ont mis en place pour l’aider. Et aussi leur avis favorable pour une orientation ITEP.
  • le compte-rendu de la psychologue scolaire ayant fait passez des tests de QI à Diego prouvent qu’il ne souffre d’aucune déficience mentale, mais parlant de ces problèmes de comportement et de ses angoisses de séparation etc..
  • Le certificat médical établi par la pédopsychiatre du CMPP, où Diego est suivi depuis environ 4 ans par une psychologue. Et la aussi, elle parle de l’avis favorable pour une orientation Itep.
  • Et le plus dur, il nous a fallu écrire une lettre expliquant ce que nous vivons au quotidien avec Diego, et ce fut extrêmement dur à écrire. Je m’y suis reprise plus d’une dizaine de fois, car ce n’est pas évident de tout expliquer, de parler de notre fils, de nos difficultés sans donner l’impression que l’on est complètement désemparée vis-à-vis de notre petit garçon. J’avais peur de donner l’impression de vouloir m’en débarrasser en l’éloignant de nous la semaine, alors que ce n’est pas du tout le cas, au contraire.

Ensuite, il y a l’attente, car le dossier passe en commission. Et encore, nous avons eu de la chance, car nous avons eu la réponse moins d’un mois après. Et la réponse était positive. Il fallait donc maintenant trouver une place dans un établissement.

ITEP RENTREE 3

Contacter les établissements pour trouver une place:

Nous avons donc appelé l’itep à 8 km de la maison, pour avoir un premier rendez-vous, il nous a fallu prendre notre mal en patience pour réussir à avoir quelqu’un au téléphone, mais une fois fait, tout a était très vite. Nous avions rendez-vous le lendemain avec le chef de service. Et là, bonne nouvelle, il leur reste une place en internat complet, et il pense que Diego répond exactement aux critères d’acceptation.

Mais les démarches n’étaient pas encore finies, il nous a encore fallu avoir un rendez-vous avec le pédopsychiatre de l’Itep et c’est lui qui a donné son accord définitif à Diego. Nous sommes ressortis de ce rendez-vous, soulagé, car nous avons peut-être trouvé une solution qui conviendra à notre petit homme. Et en plus, quand nous sommes sortis du rendez-vous avec l’accord définitif Diego était tout excité et me demander déjà quand il allait pouvoir commencer dans sa nouvelle école, ce qui nous a fortement rassurés.

Malgré tout quelques doutes persiste.

Je sais que Diego est impatient. Je suis consciente que c’est ce qu’il lui faut, car aujourd’hui, il souffre de la situation. Il souffre de toutes ces angoisses qui le ronge. Il souffre de ne pas savoir gérer ses émotions. Et le personnel de l’ITEP sera là pour lui, pour l’aider. Et aussi, pour nous aider à mettre en place à la maison des techniques pour l’apaiser, pour qu’il trouve sa place au milieu de la fratrie, etc. Mais, en tant que maman, je ne peux m’empêcher de me poser 1000 questions. Est-ce la bonne solution ? Il n’a que 8 ans, ça me fend le cœur de savoir qu’il va être en internat. J’ai peur, peur qu’il se sente mis de côté, qu’il est l’impression d’être puni. Je lui ai expliqué longuement et il sait que si nous lui avons proposé cette solution, c’est pour son bien. Je pense qu’il l’a compris. Mais je sais que ces doutes vont continuer à me ronger pendant les premiers temps, avant d’être sûre qu’il y va de bon cœur et que ça lui plaît.

ITEP RENTREE 4

 

Une rentrée en avance et des préparatifs déjà bien entamés

La rentrée de Diego se fera donc le 27 août. Il commence plus tôt pour pouvoir faire de nombreuses activités avec les enfants. Ce qui va permettre aux enfants d’apprendre à se connaître avant la rentrée scolaire. Le premier jour, il n’y aura que les enfants faisant leur première rentrée à l’Itep. Une bonne façon de créer des liens entre les enfants. En plus, la rentrée n’étant qu’à 16 h, nous allons pouvoir marquer la journée avant d’y aller afin de rendre cette journée la plus agréable possible. Le moment de la séparation me fait peur, je sais que ce n’est que 5 jours, mais Diego part très peu de la maison. Et nous ne connaissons pas encore toutes les personnes qui seront en contact avec lui. 

Diego lui est motivé, il a déjà acheté sa valise et n’attend qu’une chose qu’on termine les achats pour la rentrée. Et surtout la déco qui personnalisera sa chambre à l’internat. Cadres pour emporter des photos de famille, petits objets de déco, lampe de chevet, housse de couette etc.. Il n’y a plus qu’à attendre le jour J et à tout préparer. Je vous donnerai des nouvelles sur les réseaux sociaux Instagram et Facebook. 

Je vous laisse sur ces quelques lignes et je vous dis à très vite pour un nouvel article, des bisous :) . 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En cochant cette case, j’accepte la politique de confidentialité de ce site.